Le Noyau

A propos du Noyau

Le noyau est un lieu de recherche et d’expérimentation artistique situé dans les jardins du musée Dobrée à Nantes. Il a comme objectif d’interroger l’esprit du lieu et de faire émerger des propositions au croisement de son histoire, de ses collections, de ses paysages. Il facilite la convergence d’acteurs locaux et étrangers, artistes, écoles, associations, visiteurs, professionnels de l’art, scientifiques, amateurs avertis et non-experts pour inventer et faire vivre les jardins, en tant qu’espace de transition, entre la ville et le musée.

Une période de recherche et de préparation fin 2015 et un premier temps de partage avec le public au printemps 2016 associent installations, présentations, performances, projections, séminaires, ateliers pratiques.

This is me

L’esprit du projet

Le Noyau doit s’entendre comme un lieu d’échange, d’expérimentation, de débat et de rencontre sur le thème de l’art, du jardin de musée, comme lieu de transition hétérotopique. Au cœur du Noyau se trouve la création, soutenue par l’élaboration d’un programme de recherche partagée (documentation, ressources techniques et théoriques) et d’aide à la production d’œuvres/actions/expérimentations dans les jardins du musée Dobrée. Il s’agira d’associer des artistes (locaux ou étrangers) qui abordent le site, les jardins et l’expérience de ces derniers comme une “forme artistique” qui prend attache aux récits qu’ils portent (leur histoire, leur situation urbaine, les collections du musée vers lesquelles potentiellement les visiteurs cheminent, leur part naturelle liée à la saisonnalité de la faune et de la flore, leur devenir…). Ces artistes seront aussi invités à proposer différents scénarios et partenariats qui nourriront le projet et la réflexion portée par le Noyau. Ils pourront faire des propositions de processus in-situ et de collaboration les plus pertinentes, certains projets étant brefs, d’autres indexés sur des processus naturels très lents. De même, compte tenu du caractère transitoire de ce projet qui laissera place en 2018 au nouveau projet de restauration du musée, une réflexion devra être engagée sur la mise en place d’outils de travail évolutifs et partagés prenant en compte l’autonomie, la mobilité et la légèreté. Ces outils devront servir au projet mais aussi faciliter l’accès des publics aux différentes problématiques soulevées.